Dans le ventre

Spectacle pour adolescents (de 13 à 18 ans) créé au Centre Culturel Jacques Franck en mai 2014 et présenté aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 2014.

AFFICHE DLV-web3

Un jeune homme est coincé dans un train à l’arrêt au milieu de nulle part. « Problème de locomotive »! Il se met alors à nous raconter son adolescence: les difficultés financières de ses parents, les moqueries des autres élèves, ses déboires amoureux, ses amitiés, ses premiers vols… Il s’appelle Jonas. A 16 ans, il a poignardé un autre jeune dans le métro pour lui voler son I-phone, suite à quoi il a été placé en IPPJ.

« Dans le ventre » raconte la quête d’identité d’un adolescent pris au piège de l’image que les autres projettent sur lui. « Le regard des autres ça te bousille à l’intérieur, et tu crois que ça changera jamais, et tout le monde te dit que tu vas devenir un raté ou un voleur, et ils te le disent tellement que tu finis par les croire, mais en fait c’est pas vrai. Mais comment tu peux savoir ça si personne te le dit? »

Auteurs : Alexandre Drouet et Thierry Janssen

Interprétation : Thibault Wathelet

Mise en scène : Alexandre Drouet

Scénographie : Clémence Didion

Éclairages : Nicolas Verfaillie

Musiques : Jérôme Dejean et Christophe Janssen

Assistant à la mise en scène : Virgile Magniette

Costumes : Maureen Merchiers

Avec la participation de Michel Israël

Durée : 1h10

> la page Facebook du spectacle.

BANDE-ANNONCE

REVUE DE PRESSE

Le Soir – 19 août 2014 – Catherine Makereel
(…) La hargne est aussi de mise avec Dans le ventre (dès 13 ans) du projet Cryotopsie, mais de celles, plus sombres, qui vous rongent de l’intérieur. Comme son titre le sous-entend, c’est au cœur de l’adolescence, jusqu’à ses tripes, que plonge la pièce portée par un comédien de feu : Thibaut Wathelet. Il est Jonas (comme son alter ego biblique qui séjourne dans le ventre de la baleine), né dans la mouise. Son récit détaille la mère, zombie alcoolique, le père chômeur, les railleries à l’école, la misère qui le colle sur les mauvais rails dès le départ, les mauvaises fréquentations, l’acte insensé, l’IPPJ et puis, enfin, la rencontre, qui le détourne in extremis de son sort. Si l’on excepte quelques minimes débordements de bons sentiments, le texte aborde une foule de thèmes, sans en appuyer aucun : la pauvreté comme indélébile marqueur social, l’inégalité des chances, la pression du groupe et l’hyper sexualisation d’une jeunesse conditionnée et vulnérabilisée par les réseaux sociaux, le viol, le pardon, et le destin. Tout cela pourrait faire beaucoup pour une seule pièce si Thibaut Wathelet n’ingérait le tout avec une rage de chien sauvage. Il est habité comme rarement. « Le regard de l’autre, ça te bousille à l’intérieur », dit son personnage tandis que lui-même semble érodé par le chagrin. Son débit enragé, ses yeux troublés, ses pics d’humour sans avoir l’air d’y toucher, tout en lui nous happe irrésistiblement, jusqu’à cette simple et ultime question : Est-on maître de sa vie ? Voilà qui parlera à l’adolescence, par essence à la croisée des chemins.

La Libre Belgique – 18 août 2014 – Laurence Bertels
Dans le ventre de Jonas [3 étoiles – « sacrément bien »]
Et si Jonas avait eu accès à la culture lorsqu’il était enfant, aurait-il échappé à son destin? Nul ne connaît la réponse, même si le théâtre jeune public espère toucher des enfants plus défavorisés comme ce fils de chômeur et de mère alcoolique confronté à la vraie cruauté des autres dès son entrée en humanités et sa descente inexorable vers la délinquance, de vols mineurs en coup de couteau. En IPPJ, centre fermé pour jeunes, son âme sera sauvée par le vieil Ahmed qui l’encourage à jardiner et lui raconte l’histoire du petit prophète Jonas et de la destruction de Ninive. Seul en scène pendant une heure dix, Thibault Wathelet interprète avec conviction cette quête identitaire d’Alexandre Drouet, également metteur en scène, et de Thierry Janssen. Après le succès inattendu remporté auprès des adolescents par « Happy Slapping », créé à l’Atelier 210 en 2012, Le Projet Cryotopsie a souhaité jouer la carte ados à fond avec « Dans le ventre ». Il a eu raison.

Le Ligueur – septembre 2014 – Sarah Colasse
Dans le ventre – Cryotopsie
Il les accumule les histoires glauques, tristes et mortifères : mère alcoolique et suicidaire, père sans boulot, gouffre amoureux, soucis financiers, amitiés dangereuses, vols qui tournent au drame… S’en sortir, cet adolescent l’a voulu ! A présent, il veut sortir d’un train à l’arrêt qui l’emmène vers un rendez-vous important. Alors Jonas raconte, déballe ses déboires d’adolescent, s’agite, souffre au souvenir de ce qu’il a vécu. Derrière lui, une fresque de street-art s’ouvrira sur la « prison » pour mineurs, l’IPPJ. On en découvre le quotidien, les nuits comme de « longs tunnel vers nulle part », la présence rassurante d’un sage à la parole encourageante : « tu peux être qui tu veux ! C’est toi qui décides ! ». Les réseaux sociaux, le jugement, le harcèlement, le rapport au sexe et à la pornographie à cet âge délicat, le jeu des influences… autant de sujets qui toucheront les jeunes spectateurs de très près. Matière à réflexion, à questions, à remise en question… Alexandre Drouet (également metteur en scène) et Thierry Janssens signent ici un plaidoyer dense pour la rédemption, utilisant l’image biblique du Jonas sortant du ventre de la baleine… Haletant et impressionnant, Thibault Wathelet embarque son public crescendo.

Plaisir d’offrir – 29 octobre 2015 – Muriel Hublet
Les gens comme toi …
Quatre mots en apparence anodins. Une petite phrase assassine qui peut faire basculer une existence. Jonas est un gamin mal dans sa peau. Il faut bien reconnaître qu’il porte un lourd fardeau : une mère alcoolique, un père au chômage, une vie précaire rythmée par les soucis financiers de ses parents. À l’école, il est en butte aux moqueries, un terme très gentil pour exprimer le harcèlement qu’il endure de ses condisciples et même de la plupart de ses professeurs. Il subit une forme de délit de ‘sale gueule’ lié à sa condition sociale : pas les fringues à la mode, pas l’argent pour le voyage scolaire obligatoire… L’ado révolté découvrira l’amitié et un sentiment d’appartenance auprès d’autres gamins tout aussi paumés que lui et qui ne trouvent un exutoire que dans les larcins et la vision de films pornographiques. Un jour, un vol tournera mal pour la petite bande de vauriens. Un couteau sort d’une poche et… Jonas se retrouve à 16 ans placé en IPPJ. Comment vivra-t-il cet enfermement ? Prendra-t-il confiance en lui ? Osera-t-il enfin exister et prendre sa vie en main ? Loin de tout pathos, Dans le ventre explore une belle brochette des problèmes et des ressentis de notre jeunesse. Clairement destiné à un public adolescent, sans accuser, sans juger, il ouvre la porte aux questions et à la réflexion. On aurait tort de croire, en se basant sur les thèmes du spectacle, qu’il ratisse large, remue un sujet convenu et trop souvent ressassé ou que les auteurs en ont volontairement trop placé sur les épaules de Jonas. Rien ne paraît de trop ou exagéré. L’écriture puissante et pleine d’humour d’Alexandre Drouet et Thierry Janssen coule limpidement et nous suspend aux lèvres du comédien Thibault Wathelet. Seul en scène, il est une pile électrique, une boule d’énergie contenue. Son propos pulse, vibrant, haletant et subjugue littéralement les spectateurs. L’astucieuse scénographie de Clémence Didion (une fresque murale faite d’éléments de la vie de Jonas s’ouvre sur la chambre-geôle dans laquelle il sera enfermé) et la mise en scène efficace d’Alexandre Drouet apportent la dernière touche qui font de Dans le ventre un spectacle à voir avec nos ados (dans le cadre scolaire ou non).

Une co-production du Projet Cryotopsie et de la compagnie Pote’Art, avec le soutien du Centre Culturel Jacques Franck.
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Loterie Nationale.
Avec le soutien du BAMP (Brussels Art Melting Pot).

Représentations passées :
21/11/14 au Centre Culturel Action Sud
25/11/14 à la Fraternité à Malmedy
08/12/14 à la Ferme du Biéreau (pour l’Institut Cardijn et la Faculté de Droit et Criminologie, représentation suivie d’un débat sur les IPPJ)
30/01/15 au Collège Saint-Louis de Waremme
13/05/15 à Marchin pour l’IWEPS
15/10/15 au Centre Culturel de Saint-Ghislain (2 scolaires)
28 et 29/10/15 au Centre Culturel Jacques Franck (tout public)
10/11/15 au Centre Culturel de Nivelles (2 scolaires)
29/12/15 à 18h au Botanique pour Noël au Théâtre
du 2 au 5/02/16 au Théâtre Blocry (Atelier Théâtre Jean Vilar – Louvain-la-Neuve) (5 scolaires + 3 soirées)
17/02/16 au Centre Culturel de Rebecq dans le cadre du projet « Fenêtres ouvertes sur la prison et l’IPPJ »
20/03/17 au Centre Culturel de Leuze-en-Hainaut

BAMP_logo_couleur_1

 

————— ESPACE PROFESSIONNEL —————

Attachée de diffusion : Pascale Demanez – pascaledemanezATmsn.com – 0474.45.56.24

Prix de vente du spectacle pour la Belgique : 1500€ / 2500€ pour 2 représentations le même jour.

> dossier de presse et de diffusion

> la fiche technique.

EXTRAITS VIDEO (10min) (attention, ces extraits dévoilent une grande partie de l’intrigue!)

Dans le ventre – extraits from la vraie télévision on Vimeo.